Ressources : 3 choses détestées des crocheteuses (partie 2)

Quand je vous ai parlé la dernière fois, c’était à propos de blocage.  Avez-vous eu la chance de tenter l’expérience avec un de vos projets personnels?

Reste 2 petits trucs assez universellement détestés.

Le premier, rentrer les fils…

À la fin d’un projet, les crocheteuses détestent avoir à rentrer des fils.  Si on est chanceuse, on a deux fils à rentrer : celui de la chaînette de base et celui qui demeure après avoir terminé.  Mais bon, il est assez rare de n’avoir que ces deux fils à rentrer.  Il y a aussi les fils de début et fin de motifs, les fils de changement de balle, les fils de changement de couleur, etc.  Peu importe leur raison d’être, on n’aime pas avoir à les rentrer.

Il y a quelques trucs pour éviter d’avoir un tas de fils à rentrer.  Ils ne sont pas tous utilisables à toutes les sauces, mais lorsqu’ils s’appliquent ils sont bienvenus.

Coucher le fil et crocheter par-dessus au rang suivant.

Si le tissu obtenu est dense plutôt qu’aéré (par exemple, des mailles serrées sur tout un rang) vous pourrez, en crochetant le rang suivant, coucher les fils  à rentrer le long des mailles dans lesquelles vous travaillez et crocheter par-dessus ceux-ci.  Faites environ 10 à 20 mailles par-dessus les fils et ils seront cachés de votre vue à tout jamais!

On ne peut pas utiliser ce truc pour de la dentelle ou autre point ajouré : les fils paraîtront et risqueraient d’éventuellement ressortir de leur ‘cachette’.

Le site de LionBrand propose une explication en anglais, mais accompagnée d’images pour illustrer ce que j’explique.

Changement de balle ou couleur en fin ou début de rang.

Si vous arrivez à concentrer les changements de balle ou de couleur en début ou fin de rang, intégrez-le fil inutilisé au rang suivant (dans la première maille ou dans les mailles de chaînette) sur environ 5 ou 6 rangs.

En fin de rang : Pour faire ‘monter’ le fil superflu (au moment où on en parle, pas en général!), faites la dernière maille jusqu’à ce qu’il reste 2 boucles sur le crochet et faites le dernier jeté avec les 2 fils (le superflu et celui avec lequel vous travaillez), poursuivez avec le fil actif seulement.

En début de rang : Le principe est le même. Faites la dernière maille en l’air pour tourner avec les deux fils et poursuivez avec le fil actif seulement.

Ce truc de début ou fin de rang est particulièrement pertinent dans le cas de couvertures qui nécessitent ensuite une bordure simple de mailles serrées pour être complétées.  La bordure cachera les fils. Encore une fois, ce truc est peu utilisable dans le cas de dentelle ou de point ajouré.  Le fil monté alors qu’il ne fait partie d’aucune maille sera trop apparent.

Par ailleurs, connaissez vous la meilleure façon de changer de balle ou de couleur? Les noeuds sont MAUVAIS!  Ne le faites pas en faisant des noeuds!  Faites plutôt la dernière maille avant le changement jusqu’à ce qu’il reste 2 boucles sur votre crochet.  Faites le dernier jeté avec le nouveau fil et poursuivez votre oeuvre d’art.

Malheureusement…

Je ne peux malheureusement pas éliminer tous les fils de votre vie, bien que je le veuille…  Pour tous les fils qui restent à la fin, il suffit de prendre une aiguille à gros chas et de la patience et faire passer les fils de haut en bas dans des mailles hautes (bride, double bride) ou dans le bas de coquilles ou autres groupes de mailles.

Il faut aller dans plus d’une direction pour éviter que les fils ressortent!

Au minimum, vous devriez travailler avec une longueur de fil à rentrer de 5 ».  Plus petit et vous vous en voudrez quand le vilain ressortira plus tard.  Donc en début de travail et en coupant le fil à la fin, ainsi qu’à tous les changements de couleur ou de balle, on laisse au moins 5 » de laine derrièere notre ouvrage.  Vous pouvez vous le permettre!! Je tentais ‘d’économiser’ ma laine quand j’ai commencé et aucun de ces projets n’a survécu.

Un dernier conseil?  N’attendez pas à la toute fin pour rentrer vos fils.  Quand vous avez quelques minutes, rentrez en quelques uns. Ça paraît.

Et pour finir… celui que trop d’entre nous évitent tout simplement…

L’échantillon.

Je déteste tout comme vous gaspiller temps et laine simplement pour m’assurer que ma tension est bonne. J’ai l’impression chaque fois que ce temps passé est perdu à jamais.  Pourtant, rien n’est plus frustrant que de terminer un vêtement pour m’apercevoir qu’il ne me va pas du tout, ou qu’une couverture a plutôt la taille d’un foulard.  Ou que je n’ai pas assez de laine pour compléter mon projet.

Que vous réalisiez votre projet avec la même laine que suggérée dans le patron, ou que vous lui substituiez une laine que vous lui préférez pour différentes raisons, il est très important de faire votre échantillon.  Vous saurez ainsi si vous devez ajuster le crochet utilisé, si la laine substituée répond bien au type de projet, etc.  Vous pratiquerez aussi le ou les points spéciaux utilisés dans le modèle, reconnaissant toutes ses particularités avant de commencer.

Les patrons vous disent généralement comment réaliser un l’échantillon mesurant 4 » x 4 ».  C’est la norme, mais pas la règle.  En plus du nombre de mailles en l’air à faire pour débuter et des explications du point, on vous indiquera le nombre de mailles et le nombre de rangs de l’échantillon complété avec la laine et le crochet indiqués dans les instructions.  Donc pour un échantillon suivant la norme, on vous dira qu’avec le crochet et la laine indiqués, 4 » de largeur devraient contenir x mailles, et 4 » de haut devraient compter y rangs.

Lisez attentivement les instructions pour réaliser l’échantillon : elles seront importantes tout au long de votre ouvrage pour comprendre le point utilisé!

Si le nombre de mailles ou de rangs de votre échantillon est inférieur à celui des instructions, vous devrez prendre un crochet plus gros.  Si le nombre de mailles ou de rangs de votre échantillon est supérieur à celui des instructions, vous devrez prendre un crochet plus petit.

ATTENTION!  Je recommande de ne jamais changer de taille de crochet pour plus de 1 ou 2 tailles vers le haut ou vers le bas.  Le drapé est beaucoup trop affecté par un changement plus grand. De plus, en faisant un échantillon, vous verrez si la laine substituée et le patron réagissent bien l’un à l’autre.

Une alternative beaucoup plus exigeante au changement de grosseur de crochet est de sortir vos maths et de regarder toutes les dimensions finales du projet (lorsque celles-ci sont disponibles via schéma ou note en début de patron).  Vous pourrez vous fier à ces dimensions en crochetant chaque morceau et ajouter ou retirer mailles et rangs pour y arriver.  Je ne recommande pas cette méthode à ceux qui débutent.  Elle est plus complexe et souvent frustrante car elle représente ni plus ni moins une édition complète d’un modèle que vous n’avez pas élaboré.

Aveu

Tout ceci étant dit, je déteste faire des échantillons.  Je sais à quel point ils sont importants, mais je n’arrive pas à me résoudre à crocheter ce maudit carré inutile de 4 » x 4 ».

J’ai un petit truc qui peut sauver du temps, mais qui parfois en fait aussi perdre beaucoup.  Libre à vous de l’utiliser!  Si ça vous fait prendre des mesures avant d’être trop loin dans votre projet pour vouloir reculer, tant mieux.

Sachez que ce truc coûte parfois plus cher en temps que simplement suivre les instructions données par la designer. Je l’ai dit 2 fois en 3 lignes!! Croyez-moi!

Ce que je fais? Je me lance.  Je m’arme d’un crochet et de ma laine substituée et je crochète.  Lorsque j’en ai assez de faits (plus de 4 », donc), je sors mon ruban et je vérifie si ma tension est bonne.  Quand elle l’est, je poursuis.  Quand elle ne l’est pas, je dois recommencer.  Et malheureusement, rien n’aide à prédire si je serai sur la bonne tension ou pas (en dehors du fait que certaines designers et moi avons la tension fâchée).

Voici le gilet que je fais pour ma maman -ainsi que mes vérifications de tension.  Heureusement, je suis pile-poil (ou peu s’en faut) et je peux poursuivre!

Selon le patron, 7 rangs = 4 »

Echantillon - rangs
Echantillon – rangs

Right on the money!

et 14 mailles = 4 »

Echantillon - mailles
Echantillon – mailles

Plus difficiles à compter, mais je vous le dis : j’arrive à 13.   On ne se chicanera pas pour si peu.

Ah oui… comble de malheur parfois il est nécessaire de bloquer l’échantillon pour confirmer la tension.  Les instructions vous le diront.  Et faites-le… si le blocage est indiqué, ne pas respecter la tension pourrait être désastreux pour votre projet fini.

Et vous… vous les faites ou pas vos échantillons? Avez-vous des trucs pour celles qui, comme moi, sont pleines de bonne volonté?  Partagez-les ci-dessous!

%d blogueurs aiment cette page :