Ressources : Lire un patron (format texte)

À moins d’être une Mozart ou une Beethoven du crochet, nous avons toutes besoin de lire des patrons pour passer des chapeaux de base & foulards de base aux pièces plus élaborées, telles les cardigans ou les châles en dentelle.  Vous avez peut-être déjà tenu une revue de crochet dans vos mains et un regard sur les instructions vous a découragée.

Les patrons sont pas mal tous créés selon le même modèle.  Ils sont impressionnants au premier regard, mais ne sont pas de si terribles monstres malgré tous les mots, chiffres et abréviations qui les composent!  Ce qui suit vous aidera peut-être à taire un peu de votre nervosité devant les pages et les pages d’instructions.

Crochet in the round
Crochet in the round, via Wikipedia

Notes

Avant les instructions, vous trouverez une courte section contenant des informations à propos du patron et des matériaux dont vous aurez besoin pour créer le modèle :

  • Mesures : ici on vous donne les mesures du modèle une fois terminé.
  • Crochet : soit une lettre, soit une mesure en mm (représentant approximativement la circonférence du crochet)
  • Fil / Laine : le fil recommandé pour créer le modèle.  Je vous dis tout de suite : vous devez trouver un fil semblable, pas nécessairement le même!  Portez une attention toute spéciale aux caractéristiques du fil recommandé : de quoi il est composé, quel poids a-t-il (DK, sport, worsted?), combien de métrage pour le nb de grammes…  Tous les détails sont importants.  Les substitutions sont possibles (je le fais tout le temps), mais il faut faire bien attention de choisir le bon substitut pour éviter d’être déçu par le résultat final.
  • Tension : dans le cas de vêtements ou autres modèles dont la taille finale est importante, ne faites pas l’erreur de ‘sauver du temps’ en ne vérifiant pas votre tension contre celle de la designer!  Vous ne sauverez rien du tout si le chandail que vous faites ne fait à personne.  Suivez les instructions et validez votre tension.  Au besoin, changez de crochet (plus grand ou plus petit que celui qui est recommandé – 1 ou 2 tailles de différence sont ok. Plus que ça et il y a peut-être une erreur).
  • Notes : Ici la designer vous indiquera des petits détails importants par rapport à la construction, aux points, au motif, etc.  Lisez ces notes attentivement!
  • Points utilisés & Points spéciaux : La plupart des patrons qui utilisent des abréviations vous en donneront la légende au début des instructions.  Les points spéciaux (donc qui sortent des sentiers bien battus des mailles serrées, brides, etc’) vous seront aussi expliqués ici.

Instructions

Astuce : encercler les instructions relatives à votre taille avant de débuter

Les modèles sont travaillés en rangs (ex. foulard) ou en tours (ex. chapeau, manche de chandail).

  • Au bout de chaque rang on tourne le travail.  On se trouve donc à travailler un rang à l’endroit, un à l’envers.
  • Dans le cas des tours, on ne tourne pas le travail (généralement).  On peut travailler en spirale (donc sans fermer à la fin des tours), ou en tours fermés par une maille coulée.  Les instructions vous indiqueront quelle méthode utiliser.
  • Au début d’un rang on doit faire un certain nombre de mailles en l’air.  Les instructions vous diront si celles-ci comptent pour la première maille du rang; généralement 1 maille en l’air requiert sa maille serrée dans le premier point; 3 mailles en l’air comptera pour la première bride.  Ne vous fiez pas sur ce ‘généralement’, mais bien sur les notes de la designer.  Elle connait mieux son modèle spécifique que moi!

Les projets plus complexes seront divisés en sections et vous y trouverez probablement des images pour vous indiquer comment procéder à l’assemblage.  Vous y reviendrez à la fin.

Maintenant, regardons les rangs

En voici un, pris au hasard dans un patron qui traîne sur mon bureau.

  • RANG 1 : 1 DB dans la 5ème ml à partir du crochet, 1 DB dans chacune des 6 ml suivantes, *sauter 1 ml, 1 DB dans chacune des 6 ml suivantes*, répéter de *-* jusqu’à ce qu’il reste 4 ml, sauter 1 ml et faire 1 DB dans chacune des 3 dernières ml = 37 DB.

Ouf.  Ça vous semble un peu lourd?  Pourtant dans quelques temps et si vous me faites confiance et commencez à travailler avec des patrons détaillés, vous les lirez aussi simplement (même probablement plus) que si j’avais plutôt écrit :

  • Rang 1 : 1 Double-Bride dans la 5e maille en l’air à partir du crochet, 1 Double-Bride dans chacune des mailles en l’air suivantes, *sauter 1 maille en l’air, 1 Double-Bride dans chacune des 6 mailles en l’air suivantes*, répéter les instructions entre les * jusqu’à ce qu’il reste 4 mailles en l’air, sauter 1 maille en l’air et faire 1 Double-Bride dans chacune des 3 dernières mailles en l’air.  37 Double-Brides.

ÇA c’est lourd, surtout lorsque le patron compte une 50aine de lignes… ou plus.  Ce qui est très souvent le cas pour les projets complexes.  Les abréviations gardent le tout … abrégé.  Court.  Joli.  Propre.

Alors voilà, si on avait eu ce patron sous les yeux on aurait lu dans les abréviations que DB = Double-Bride, ml = maille en l’air.  Et c’est tout… il n’y a pas d’autre point dans le rang 1.  Après quelques minutes seulement à regarder les instructions, votre cerveau lira les DB comme étant des Double-Brides.  Pour le reste, c’est assez simple.  Et comme le tout est assez standardisé, vous n’aurez pas de mal à passer au prochain modèle… et au prochain… et au prochain.

  • Les * sont le petit bout qui me faisait peur quand j’ai débuté et pourtant elles sont de loin préférables à revoir et revoir les mêmes instructions répétées sur 10 lignes.  Que ce soit des *, des ( ) on répète ce qui se trouve dedans le nombre de fois indiqué à leur suite.  Souvent (mais pas toujours) les * sont utilisés pour indiquer quelque chose à faire pour le reste du rang et les ( ) sont utilisées pour indiquer quelque chose à faire dans la maille suivante.

Finition

  • À la fin des instructions, la designer vous indiquera comment assembler tous les morceaux s’il y a lieu.
  • Je vous recommande de ‘bloquer’* les morceaux individuels avant de procéder à l’assemblage pour mieux enligner les mailles.  En bref on épingle les morceaux humides (ou pas) pour les forcer à prendre leur taille et leur forme avant l’assemblage. On y reviendra.

J’espère que ça vous aidera!  Si quelque chose n’est pas clair, dites-le moi!  Si vous avez des questions à propos de la lecture de patrons, ou de ces quelques explications, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

Pour toutes celles qui souhaitent un peu de one-on-one pour apprendre à lire les patrons, j’offre une courte formation en personne ou via ‘chat’. Vous pouvez me contacter par courriel pour les détails ou pour prendre rendez-vous.

Pour finir, une dernière astuce : si vous connaissez assez d’anglais pour comprendre un texte de niveau primaire, vous n’avez pas à vous limiter aux quelques revues françaises qui se rendent jusqu’à nous!  J’ai appris à crocheter avec des revues américaines – je les trouve d’ailleurs plus faciles pour les débutantes que les revues françaises qui s’attendent à un minimum de compréhension du travail à accomplir et qui donc n’expliquent pas en détail ce qu’elles vous demandent de faire.

Et si vous avez du mal à lire l’anglais mais aimez le concept de crochet-for-dummies, je peux aussi traduire les patrons que vous achetez (anglais au français; français à l’anglais).  Encore là, envoyez-moi un courriel pour plus de détails.

–La prochaine fois : Lire les diagrammes.

%d blogueurs aiment cette page :